De nouvelles formations pour les nouveaux métiers !

La Création et le développement des instituts supérieurs spécialisés de formation avec partenariat public/privé sont la voie privilégiée par le gouvernement pour répondre au manque de compétences dont souffrent certains secteurs prioritaires de l’économie nationale.

C’est en gros ce qui ressort de la conférence organisée par la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM), le 27 novembre, sous le thème « L’ "Entreprise" Maroc face à la crise : quelles mesures » et animée par Nizar Baraka, ministre chargé des Affaires économiques et générales.

En savoir plus ...

Le Balance Scorecard est-il une nouveauté ?

Version imprimable Suggérer par mail

DESS CGS      Aurore Gombaud-Saintonge

Gabrielle Geze

Elise Panet

Année 2002-2003

 

SOMMAIRE

 

INTRODUCTION

I- L'architecture du Balanced Scorecard

A- Définition

B- Les quatre perspectives du Balanced Scorecard

1- La perspective financière

2- La perspective du client

3- La perspective processus

4- La perspective d'innovation et d'apprentissage

C- Les principales fonctions du Balanced Scorecard

1-Communiquer la stratégie

2-Aligner les actions aux buts stratégiques

3- Mesurer la performance

 

II- Déployer le Balance Scorecard dans l’organisation

A- Les différentes stratégies

1- La définition des objectifs et des mesures

2- Les initiatives stratégiques

3- Couplage avec la rémunération des cadres dirigeants

4- Le lien avec le budget

B- Le déploiement du Balanced Scorecard dans la société BMC Software France

1- Déploiement dans l’entreprise

2- Déploiement de l’axe People

 

III- Avantages et inconvénients

A- Les avantages du Balanced Scorecard

B- Les inconvénients du Balanced Scorecard

CONCLUSION

 

RESUME

 

Le Balanced Scorecard (BSC) est un système de management et de pilotage des objectifs stratégiques, prospectifs, collectifs et permettant la mise en cohérence.

Le BSC est destiné à la direction, les managers, leurs équipes et leurs responsables. Il est établit généralement en début d’année lors de la définition des objectifs stratégiques. Le BSC est une démarche prospective et de suivi permettant de s’assurer que les objectifs sont partagés, déclinés et alignés dans les quatre domaines de l’entreprise :

Financier (exigences des actionnaires : CA, rentabilité, frais d’exploitation, utilisation de l’actif, ...)

Clients (part de marché, attributs des produits et services, image de marque, ...)

Processus (production, service après-vente, innovation technologique, ...)

Apprentissage organisationnel (potentiel et motivation des salariés, capacité des systèmes d’information, ...)

 Le BSC s’est développé car les objectifs financiers, comme seule mesure de performance, ne capturent pas la valeur des actifs immatériels (motivation et satisfaction des salariés) et donnent des indications sur les performances passées, mais n’évaluent pas les performances futures.

 Le BSC est la mise en place d’un nouveau système de management basé sur les principes de la communication de la stratégie, de l’alignement des actions aux buts stratégiques et la mesure de la performance.

 

INTRODUCTION

« Une entreprise qui ne gagne que de l’argent est bien pauvre ». Le mot de Henry Ford résume bien la philosophie du Balanced Scorecard (BSC).

« The Balanced Scorecard » : l’ouvrage des docteurs Robert Kaplan & David Norton, formalise pour la première fois, en 1996, le concept de BSC.

Cette méthode de management née il y a une dizaine d’années aux Etats-Unis, et qui commence à faire son chemin en Europe, part du principe que pour mesurer la performance d’une entreprise, les seuls critères comptables et financiers ne suffisent pas. Il faut prendre en compte d’autres éléments, actifs intangibles et biens matériels de l’entreprise qui participent également à sa performance. D’où l’adjectif « Balanced » : « équilibrée », la « Score card » elle-même étant une référence aux feuilles de score du jeu de golf. En français, faute de mieux, on traduit le terme par « tableau de bord équilibré ». L’expression ne reflète pas vraiment ce qu’est la BSC : un processus de management stratégique. « Ce n’est pas un nouveau tableau de bord, mais un système intégré de management pour suivre la mise en oeuvre de la stratégie », insistent les inventeurs de ce concept.

Le BSC, également appelé « tableau de bord prospectif » est un nouvel outil de pilotage et de suivi des performances. Il se présente comme un ensemble d’indicateurs, directement relié à la stratégie développée par l’entreprise en offrant à son utilisateur l’opportunité de piloter tous les déterminants de la performance. Ces derniers représentent les facteurs clés de succès et sont déclinés à l'aide de variables d'action et de résultat, de nature financière et non financière, quantitative et non quantitative, avec une orientation à court terme et à long terme. Ces indicateurs sont accessibles à tout le personnel. La BSC devient donc un moyen pour les salariés de s’approprier la stratégie de leur société. L’aspect humain passe au premier plan, le management devient l’affaire de tous.

Est-ce qu'il complète favorablement les instruments de gestion existants? A quels besoins répond-il? Bref, le BSC est-il un instrument qui crée une réelle valeur ajoutée dans les organisations d'aujourd'hui?

Cet exposé tente de répondre à ces différentes questions. Pour y parvenir, nous commencerons tout d'abord par présenter les composants génériques du BSC.

Puis nous discuterons les différentes fonctions que ce nouvel instrument cherche à remplir et observerons sa mise en place pratique en entreprise à travers un cas concret.

Finalement, malgré le nombre limité d'expériences en la matière, on se propose d'évoquer les avantages et inconvénients apparents afin d'émettre un jugement sur l'apport réel du BSC dans la gestion des entreprises.

 

I- L'architecture du Balanced Scorecard

II- Déployer le Balance Scorecard dans l’organisation

III- Avantages et inconvénients